info@ct-ipc.com

+33 (0)4 74 81 92 60

LE CEMCAT REJOINT IPC

Comments (0) Non classé

COMPÉTENCES ET MOYENS POUR LA RECHERCHE ET LE DÉVELOPPEMENT DANS LES COMPOSITES

Le CEMCAT, le Centre d’Etudes sur les Matériaux Composites Avancés pour les Transports, rejoint IPC, le Centre Technique Industriel dont l’expertise est dédiée à l’innovation plastique et composite, et devient IPC LAVAL le 1er avril 2017. Cela s’inscrit dans une stratégie de renforcement des synergies à l’Ouest, puisque l’ISPA-E (Alençon) va aussi prochainement rejoindre IPC.

 Des investissements dans l’Ouest

 De nouvelles synergies vont apparaître entre IPC et le CEMCAT.

« Nous avons une approche très complémentaire et nous allons pouvoir élargir le spectre des technologies utilisées (RTM, pultrusion, etc.) » explique Paul VALETTE, Président d’IPC. « Mais nous allons aller plus loin, car nous prévoyons sur le site de Laval un développement important et des investissements. A terme, nous visons de tripler les effectifs », poursuit-il.

« Rejoindre IPC nous amène à passer à la vitesse supérieure. Notre bassin est fort en composites et nous allons pouvoir y soutenir l’innovation avec de nouveaux moyens et faire rayonner notre expertise à l’échelle nationale. », explique Christophe AUFRERE, Président du CEMCAT.

Un renforcement de la présence d’IPC sur tout le territoire

 Avec le ralliement du CEMCAT, IPC ouvre une porte sur l’Ouest.

« En mettant en place des partenariats avec des acteurs clefs tels que l’IRT Jules Vernes, EMC2 ou encore le CETIM par exemple, nous souhaitons ouvrir la recherche et le développement aux meilleures compétences. Avec le travail fait avec la Fédération de la Plasturgie et des Composites, les syndicats professionnels et régionaux, et les pôles de compétitivité, IPC renforce son maillage sur tout le territoire. 

 C’est ainsi que nous créons une proximité avec les plasturgistes et nos bénéficiaires pour développer une écoute terrain et accompagner par la recherche et le développement l’innovation partout en France, notamment vers les TPE et PME », conclut Luc UYTTERHAEGHE.